Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Eglise en marche

Le feuillet de communication de la paroisse du mois de janvier 2010


 

La Bioéthique, qu’est ce que c’est ?

 
Bio = la vie. Ethique = comportement choisi face aux problèmes qui touchent la vie.
 
Des lois existent déjà. L’Eglise s’intéresse à ces questions et donne un éclairage chrétien, pour amorcer un dialogue avec tous ceux que ces problèmes concernent.
 
Deux idées majeures :

 

« Un grand oui à la vie » et « La personne vulnérable »

 
Un rappel préalable :
L’Eglise invite à respecter la vie dans tous ses domaines : santé, économique, politique.
 

« Je suis venu pour qu’ils aient la vie en abondance » Jean 10, 10

 

  

La Bioéthique ,  essayons d’y voir clair

 

 

« Un grand oui à la vie » et « La personne vulnérable »,
pour tout ce qui touche à une politique de santé réfléchie.   

 
· En ce qui concerne les embryons, conduisant à privilégier l’intérêt de tous, et non l’intérêt particulier, l’Eglise, elle, se refuse d’accepter la destruction des embryons.
 
· L’assistance médicale à la procréation, n’est pour le moment pas envisageable pour les célibataires ou les couples de même sexe.
· L’Eglise n’envisage pas de légaliser la pratique des mères porteuses.
 
· Pour ce qui est des dons d’organes, le consentement du donneur est essentiel et relève d’un acte d’amour, de solidarité humaine.
· Certains choisissent l’adoption afin de donner à un enfant les conditions nécessaires à son développement humain. 
 
· Des résultats de tests de médecine permettent d’établir un diagnostic prénatal, qui peut conduire à la pratique de l’avortement. Quelques parents concernés par l’annonce d’une malformation, pensent qu’il faudrait mieux informer les futurs parents :en leur donnant des précisions exactes, complètes et compréhensibles, et en explicitant les possibilités d’aide et de soutien.
· « Un grand oui à la vie » dit l’Eglise, mais aussi faire preuve de compassion devant des situations insupportables. 
 
· Des soins palliatifs, permettant de traiter la douleur et d’éviter la souffrance aux grands malades en fin de vie, existent.
· L’Eglise insiste sur le respect de la vie de chacun, et ne préconise pas l’acharnement thérapeutique.
 

 

 

« Un grand oui à la vie » et « La personne vulnérable »,
pour tout ce qui touche à une politique de vie et de survie. 

 
Chômage, manque d’argent, manque de logement, sous alimentation, conduisent à la désespérance et à la dépression.
 
Ceux qui sont concernés, attendent une aide d’urgence des instances politiques, pour faire reculer cette misère qu’ils ne supportent plus.
 

 « Oui à la vie » et à « La personne vulnérable »

 
 
C’est leur cri aujourd’hui, pour retrouver leur dignité d’hommes et de femmes, en travaillant, en ayant la possibilité d’être respecté pour pouvoir donner aux leurs, l’épanouissement mental et physique dont ils ont besoin.
 

Conclusion

 
Dieu a donné à l’homme la vie, la liberté et l’amour.
Le travail d’épanouissement est difficile,
le chantier est immense, les incertitudes sont grandes,
mais dans le souci et le respect de chacun, nous pouvons travailler ensemble avec l’espérance d’une vie meilleure.
 
Si vous êtes sensibles à ce sujet, il est toujours possible de prendre contact auprès de vos prêtres, ou des divers intervenants de la paroisse Jean XXIII.
Nous pourrons essayer de trouver ensemble des propositions de réponses pratiques à vos questions, lors de rencontres, débats, partages. 
 

Article publié par site catéchèse • Publié Vendredi 12 février 2010 • 1950 visites

Haut de page